Accueil » Le GIEC / IPCC

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

Le GIEC ou IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) est un organisme de l’ONU créé en 1988. Il a pour but de rassembler des milliers de scientifiques au travers le monde afin de faire la synthèse de l’évolution du climat et des actions à prendre. Il est situé dans les locaux de l’OMM (Organisme Mondial Météorologique) à Genève en Suisse.

Sur la dernière décennie, les événements climatiques se sont accélérés. Le GIEC tire la sonnette d’alarme au monde entier, aux dirigeants et aux citoyens. N’attendez pas qu’on vous demande de changer, changez !

QUE REPRÉSENTE LE GIEC/IPCC

Le GIEC en quelques chiffres c’est :

  • 195 membres (en 2018).
  • 152 organisations observatrices (en 2018).
  • 3 groupes de travail :
    • le groupe n° 1 étudie les principes physiques du changement climatique.
    • le groupe n° 2 étudie les impacts, la vulnérabilité et l’adaptation au changement climatique.
    • le groupe n° 3 étudie les moyens d’atténuer le changement climatique.
  • 5 rapports d’évaluation ont été réalisés depuis sa création (1990, 1995, 2001, 2007, 2014).
  • 830 scientifiques ont travaillé sur le dernier rapport de 2014.
  • 48 réunions plénières depuis 1988.

L’OBJECTIF DU GIEC/IPCC

L’objectif du GIEC est de faire consensus sur les faits, la réalité climatique, de ses conséquences d’aujourd’hui et de demain. Il a pour mission d’élaborer tous les 5 à 7 ans un rapport d’évaluation complet sur l’état climatique et environnemental de la planète. Tous les ans, une conférence est organisée (COP) dans un des pays membres pour échanger sur les avancées des actions faites lors des précédentes décisions. Des rapports spéciaux peuvent être commandés plusieurs fois par an.

Cette expertise réalisée par des milliers de scientifiques a pour but de communiquer aux dirigeants une tendance selon des scénarios : On continue dans cette voie ou on change de cap. La responsabilité est donc portée principalement sur les décideurs afin qu’ils prennent rapidement les décisions qui s’imposent, au détriment de l’économie et de la croissance, mais pour sauver les futures générations.

LES DERNIÈRES CONCLUSIONS : RAPPORT DE 2014

Les points clés :

  • Une température moyenne jusqu’à +5°C en 2100.
  • Une hausse des mers jusqu’à 1 mètre en 2100.
  • Des événements climatiques extrêmes plus nombreux.
  • Une insécurité alimentaire importante.
  • Des problèmes sanitaires en hausse.
  • Des extinctions d’espèces.
  • Des guerres.
  • Un coût économique de l’inaction très important.
  • Revoir le modèle énergétique.

Le rapport spécial de 2018 avec un réchauffement à + 1,5°C par rapport à 1850-1900 : Résumé ici.